Pourquoi est-ce si difficile de sortir du silence sur LinkedIn ?

 
 
banner_kiscool_prod.jpg

LinkedIn. Un réseau social qui compte plus de la moitié des actifs en France. Qui a une dynamique beaucoup plus professionnelle et moins édulcorée que les célèbres Facebook et Instagram. Un réseau où chacun vient à la quête de connaissances et d’opportunités business.


Un réseau où personne ne parle.

Imaginez un apéritif dînatoire. Dans un congrès très important. Le genre de lieu avec des petits fours, des verres de champagnes et des étiquettes où le nom et la fonction de chacun est soigneusement notée. Tout semble réuni pour que vous puissiez parler à vos voisins pour créer des liens.

Oui mais non.

Vous restez dans un coin sombre de la pièce. Et vous regardez ce qui se passe. Parfois, au cours de la conversation, vous hochez la tête et vous approuvez silencieusement ce que vient de dire un collègue. Mais vous ne prenez pas la parole.

C’est exactement l’attitude d’une majorité d’utilisateur LinkedIn à ce moment même. On s’inscrit sur le réseau. On regarde. On partage. On like. On ose peut-être aller commenter.

Il y a 16 millions d’inscrits en France sur LinkedIn, selon une étude Harris Interactive on compte : 16% d’inscrits qui se sont connecter 1 fois les 30 derniers jour et 3% d’inscrits qui se connecte quotidiennement. Je suis curieux de connaître le nombre d’inscrit qui produise du contenu de façon régulière…

Mais écrire paralyse. Il y a la peur. Celle d’être jugée. Celle de se dire qu’on va peut-être donner mauvaise impression.

“ Et si quelqu’un me lit et pense que je suis à la recherche d’un nouvel emploi ? Comment va réagir l’équipe RH ? Ai-je le droit de parler sur LinkedIn ? A quel sujet ? J’aurai l’air idiot.e. En fait, je ne sais même pas quoi dire. ”

Parler sur LinkedIn, c’est exprimer sa parole professionnelle.

Et raviver la peur de ne pas dire les choses assez bien, d’être jugé en public, par la terre entière. Même quand un réseau ne comporte que 300 personnes qui ne s’attarderont probablement pas sur un petit poste.

Il n’est pas nécessaire d’être un expert pour oser s’exprimer. Tout le monde peut-être l’expert de quelqu’un d’autre. Et si la clé était d’arrêter de se mettre une telle pression sur les épaules ? Et si, au lieu de se préoccuper de notre légitimité ou de notre expérience, on se demandait simplement :

“Est-ce que, quelqu’un, n’importe qui, parmi mon réseau, pourrait bénéficier de cette information ?”

LinkedIn est un espace de parole qui a le mérite d’être moins fantasmé que les autres réseaux sociaux. Les propos sont plus qualitatifs et plus réels. Inutile de se mentir pour essayer de se créer une vie idéale d’influenceur des temps modernes.

LinkedIn est peut-être l’espace social numérique qui se rapproche le plus de la vie réelle

Authentique et terre à terre, il offre l’occasion à chacun de donner une autre ampleur à ses relations professionnelles. L’interaction n’y est pas codifiée et sa structure peut être simple.

Faire une demande de contact, rebondir sur un sujet de conversation, agir comme dans la vraie vie. Faire un pas dans le groupe. Prendre la parole. Exactement comme à cet apéritif dînatoire où on pourrait oser ouvrir la bouche et sympathiser avec un groupe.

Alors oui, c’est difficile, surtout pour les grands timides de l’internet comme de la vraie vie.

Mais quand je pense aux rencontres intéressantes que j’ai pu faire et à tous ces points de vues échangés en message privée, je me dis que j’ai bien fait d’affronter ma peur. Affronter la peur de prendre la parole sur LinkedIn autant que dans la vraie vie.